fbpx
  • Retrouvez-nous
    Cocody-Angré 8e tranche,
    Star 10
  • Appelez-nous
    +225 22 002 030
    +225 22 003 356
  • Envoyez-nous un mail
    contact@conseilstopmanagers.org

Université d’été

L’UNIVERSITE D’ETE DES PROFESSIONNELS DE LA GESTION DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT

Edition 2018, Abidjan du 09 au 14 Juillet 2018

Thème principal de l’Edition 2018 : RENFORÇONS NOS CAPACITES MANAGERIALES ET PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR ACCELER LE DEVELOPPEMENT DES PAYS AFRICAINS

Pour le développement économique et social de leurs pays, les Gouvernants élaborent des Plans Nationaux de Développement (PND) dans lesquels ils identifient les axes prioritaires d’interventions pour atteindre les objectifs de développement qu’ils se sont fixés à une échéance donnée.

A ces PND, sont annexés les principaux projets et programmes à mettre en œuvre dans un délai précis pour répondre aux besoins prioritaires de la Population.

Les projets et programmes ainsi identifiés sont préparés par les pouvoirs centraux et fédéraux, les démembrements de l’Etat (Conseils Régionaux ou provinciaux, Conseils Départementaux ; Mairies), et les Organisations de la Société civile (ONG ; Associations ; faitières).

Pour la plupart, ces projets et programmes bénéficient des concours techniques et financiers des Bailleurs de fonds bilatéraux (pays) ou multilatéraux.

Pour leur mise en œuvre, des Unités ad‘hoc de gestion de projets appelés UCP (Unités de Coordination de Projet) ou UGP (Unité de Gestion de Projet) sont constituées par les Ministères de tutelle, les Régions, les Mairies ou les ONG porteurs de projets avec l’Accord des Bailleurs de fonds.

Dans certains cas, les projets et programmes sont gérés par des structures pérennes de l’Etat ou par le personnel des Associations ou ONG bénéficiaires du fonds.

Ces Unités de gestion, qu’elles soient ad’hoc ou pérennes sont au cœur de la mise en œuvre des projets et programmes, tout en restant en interaction permanente avec les autres parties prenantes du secteur public, du secteur privé et de la société civile.

Ainsi, dans la phase d’exécution, plusieurs acteurs interviennent dans le pilotage, la coordination, l’exécution, la supervision et l’Evaluation d’un projet de Développement.

Ce sont :

  • Le Ministère chargé des Finances ;
  • Le(s) Ministère(s) technique(s) dont le mandat porte sur l’objet du Projet ;
  • Le(s) Bailleur(s) de fonds ;
  • L’ONG bénéficiaire du financement ;
  • L’Unité de gestion du Projet ;
  • Les prestataires publics et privés du Projet ;
  • Les Populations Cibles ;

Dans la gestion des projets et programmes de Développement, les Unités de Gestion sont confrontées à plusieurs problèmes qui peuvent se résumés comme suit :

  • De nombreux retards dans le traitement des dossiers par les cadres de l’Administration publique ;
  • Le non-respect des procédures de gestion par le Personnel au point de menacer la survie du projet ;
  • Les ingérences répétées de la hiérarchie dans l’exécution du projet en violation des Responsabilités définies ;
  • La méconnaissance du Projet par les populations ou la mauvaise image du projet auprès de la population ;
  • Le Logiciel de gestion n’arrive pas à produire les états conformes aux besoins du Projet ;
  • Les retards du Bailleur à approuver les dossiers et à donner son accord sur les activités et les dépenses ;
  • La défaillance ou le manque d’engagement du personnel de gestion du Projet ;
  • L’incapacité du chef de Projet à conduire son équipe aux résultats ;

Ces problèmes ont pour conséquence :

  • Des Retards dans la mise en œuvre du Projet ;
  • Des vices de procédures dans la passation des marchés ;
  • Des Retards dans les acquisitions et les dépenses ;
  • Des Retards dans la production des rapports ;
  • Le Projet clôturé sans avoir atteint les résultats attendus ;
  • Des Pertes de ressources pour le pays,
  • Des Pertes d’opportunités pour les populations (écoles, hôpitaux, route, eau, électricité, transferts monétaires, etc) ;
  • Pertes d’emplois pour le chef de projet et son personnel ;
  • Possibilité d’être blacklisté chez tous les Bailleurs ;
  • Mise en difficultés de la famille ;

Malheureusement, ce scénario catastrophe est celui qui se réalise assez souvent sur plusieurs projets ! Les Equipes de gestion se trouvent engluées dans des problèmes de gestion. Seules face à leur problème et sans solutions proches ou à l’horizon.

Pourtant, il est fort possible d’éviter ce scénario catastrophe ! A la condition que les Equipes de gestion de projet acceptent de renforcer leurs capacités et de partager leurs expériences entre elles.

A l’échelle du continent Africain, ce besoin de formation et de partage d’expériences est énorme, mais il n’existe pas encore de cadre qui réponde à ce besoin.

Nous assistons çà et là, à quelques voyages d’études effectués par des Equipes de gestion dans certains pays, pour visiter des Projets qui ont réussi à divers niveaux. Mais le constat est que ces missions manquent quelques fois de contenus formatifs sur les métiers qui sont au cœur de la gestion de projets, et les échanges restent assez limités dans le temps et en terme d’audience.

C’est pour offrir un cadre de renforcement des capacités et de partage d’expériences entre les Professionnels de la Gestion des projets de Développement que le Cabinet Club Top Managers d’Afrique (CTMA) organise en collaboration avec le Réseau Africain des Professionnels de la Gestion des projets (RAP/GP), la 1ère Edition de l’Université d’ETE des Professionnels de la gestion des projets de Développement.